Le Grand Prix de la Somme reporté à mai 2021

 

Il fallait s'y attendre. A son grand regret mais il n'était pas question de prendre une autre voie, Promotion Sport Picardie a décidé de reporter le Grand Prix de la Somme qui devait se dérouler en mai avec un parcours surtout tracé dans la ville et banlieue d'Amiens; Soit Amiens-Salouel.

La décision n'a donc pas fait longtemps débat entre les deux grands manitous de PSP Hubert Louvet et Henri-Paul Fin.

Du reste, le GP de la Somme arrive à la suite des grandes classiques comme Paris-Roubaix et le Tour des Flandres sans oublier Milan-San Remo et un peu plus tard le Tour d'Italie soit autant d'épreuves reportées.

Au plan de la région des Hauts de France, le GP de la Somme connait le même sort que les Quatre Jours de Dunkerque eux aussi reportés.

La seule incertitude du moment consiste à savoir si le Tour de France aura bien lieu.

 

La Ministre  des Sports Roxana Maracineanu souhaite que la plus grande épreuve mondiale ait lieu .. à huis clos.

Mais franchement imaginer qu'une course cycliste ait lieu sans public relève de l'utopie. Le cyclisme s'est toujours targué d'être un sport populaire. Mais on perçoit facilement l'incertitude des organisateurs qui perdraient beaucup d'argent en cas d'annulation.

PSP connait une année difficile car nous savions  déjà que l'épreuve pédestre des 100Km m de la Somme et le Marathon n'auraient pas lieu cette année.

Non pas en raison du coronavirus mais plutôt de l'enchevêtement de dates puisque les couses organisées par Jean Claude Pieri étaient en concurrence.

Du coup, il ne reste plus au programme de PSP pour cette année que le Prix Jean Renaux prévu le 28 août dans les rues d'Amiens.

On souhaite sincèrement que le sport en général et le cyclisme en particulier parviennent à surmonter la terrible  épreuve que nous  traversons. Il faut être lucide: le sport passe en ce moment au deuxième rang pour nous tous, amis du cyclisme qui sommes confinés.

 

Ensuite, quand la machine va se relancer, il faudra une sacrée dose de persévérance aux responsables des clubs qui iront à la chasse aux subventions de toutes sortes et des partenaires. L'avenir s'annoncent en effet très difficile.

Enfin nous terminons sur une note d'optimisme puisque Henri Paul Fin qui occupait une place de choix à PSP vient d'etre élu maire de Saint Fuscien.  Nous lui adressons évidemment nos sincères félicitations.

Henri-Paul Fin qui a participé aux Jeux Olympiques de 1972 et fut professionnel s'est ensuite investi dans la vie locale.

Il est aujourd'hui le premier magistrat de Saint Fuscien.

Jadis, Saint Fuscien organisait une belle épreuve cycliste et nous nous souvenons par exemple qu'un certain Régis Ovion, champion du monde amateur sur route  avait gagné dans les années 70.

 

Lionel HERBET


Et si les Jeux Olympiques étaient aussi reportés?

 

Nous le répétons avec force:jamais depuis la dernière guerre mondiale, le sport n'avait été autant menacé dans son existence même.

Chaque jour nous amène son lot d'épreuves reportées ou simplement annulées.

Il faut en effet être réaliste: si plusieurs compétitions sont reportées en septembre, il est évident que cela sera difficile  dans la mesure où il faudra beaucoup de monde pour encadrer ces épreuves et que les calendriers seront surchargés.

Prenons par exemple le cyclisme. C'est un sport qui se  pratique à l'extérieur et qui surtout a besoin d'un certain nombre de  bénévoles, de signaleurs sur les routes et de services de gendarmerie qui seront peut-être sollicités par ailleurs.

Autre grand évènement en danger: les Jeux Olympiques de Tokyo début juillet.

Pour l'heure, le C I O tient ferme et ne veut pas  entendre parler de report.

Mais des voix s'élèvent émanant  surtout des représentants de disciplines les plus importantes: l'athlétisme et la natation.

 

Il est évident que les sportifs de haut niveau qui sont comme tout un chacun, confinés chez eux, ne peuvent s'entraîner normalement. Ils font tout  simplement du bricolage chez eux et on ne nous fera pas croire que si la situation perdure, ils seront prêts pour Tokyo.

Le champion du décathlon Kevin Mayer prône pour sa part le report des J.O.

Les nageurs sont privés de piscine et ne peuvent quand même pas se préparer dans leur baignoire.

 

Même si les Jeux se déroulaient, dans quelle forme seraient alors les participants?

Dans ces conditions, comment ne pas rappeler  Jérémy Stravius qui sortirait de sa retraite sportive. Le champion amiénois  même sans entrainement, pourrait partir à égalité avec ses principaux adversaires qui seront eux aussi sous-entraînés.

Certes, la décision n'est pas simple à prendre et il est évident que le Japon a consenti de gros efforts humains mais surtout financiers pour accueillir dans les meilleures conditions les athlètes du monde entier.

Mais nous le répétons: nous vivons une situation que nous nous n'avons plus connue depuis l'annulation des J.O en1940 et 1944.

En France, nous sommes partis, sportifs ou non, pour un confinement qui va dépasser les deux semaines initialement prévues.

 Mais quelle que soit la décision qui sera prise par le CI O mais aussi le CNOSF quant à la participation des athlètes français, elle sera bien difficile à prendre.

 

Lionel Herbet


Même en 1940, le sport français n'avait pas connu une telle situation

 

A longueur de journée, les télés, les radios nous rabâchent  qu'en raison du coronavirus, il nous faut rester sagement confiné à notre domicile. 

Un conseil qu'hélas de nombreux Français ne suivent pas à la lettre. Car figurez-vous qu'on n'a jamais vu autant de Français promener leur chien et effectuer leur footing  sans oublier les balades à vélo. C'est évidemment le côté indiscipline du Français moyen qui refait surface à un moment où la solidarité, le respect de l'autre sont nécessaires. .

 

Evidemment, c'est le Sport qui nous intéresse. Celui que nous aimons depuis notre plus tendre enfance et qui avec le temps, nous a permis de vivre correctement, de nous élever socialement et de bien élever notre petite famille. 

Mais voilà qu'aujourd'hui, le sport a complètement  cessé son activité et ce, à tous les niveaux. Toutes les fédérations ont décidé de stopper toutes leurs compétitions qu'elles soient professionnelles ou amateurs. Voici quelques semaines, beaucoup de nos compatriotes ont snobé les Chinois qui ont été les premières victimes de ce fléau mais aujourd'hui, c'est notre tour en attendant que l'Afrique ne soit touchée. Et franchement, nul n'est en mesure aujourd'hui de prévoir quand les sportifs reviendront sur les terrains mais il est  évident qu'il leur faudra une période d'entrainement car on imagine qu'en ce moment, là où ils sont, les sportifs ne peuvent s'entraîner correctement.

 

A Amiens, cela fait franchement irréel de voir que les grands stades, la Licorne, Urbain Wallet, le Coliseum sont complètement fermés. C'est évidemment une situation tout à fait inédite et en fouillant dans notre mémoire, nous nous rappelons qu'en 1968, durant les événements du mois de mai, de nombreux sports avaient tout arrêté durant quelques semaines. Le siège de la Fédération française de football avait été envahi non pas par le coronavirus mais par des manifestants. Mais rien de comparable avec ce qui se passe actuellement.

Plus loin dans le temps, en 1940 quand se déclenche la guerre mondiale, de grands rendez vous sportifs avaient été  purement et simplement annulés comme par exemple le Tour de France et les Jeux Olympiques. Mais avec un autre gouvernement (Pétain), le sport avait quand même existé sous l'égide d'un Commissariat aux Sports dirigé alors par Jean Borotra, le grand champion de tennis et notamment vainqueur de la Coupe Davis. La France était alors divisée en deux zones: une occupée et une libre dans laquelle il était plus facile de pratiquer le sport.

 

Mais la période que nous traversons aujourd'hui est vraiment exceptionnelle et le pire est que nous ignorons quand elle va redevenir normale.

Dans le passé si le sport a connu des moments difficiles, c'est que certaines nations étaient plus ou moins en guerre comme par exemple aux Jeux Olympiques de 1980 et 1984 quand les Etats Unis et les Russes s'étaient livrés une guerre de suprématie mondiale.

Aujourd'hui, tel n'est pas le cas car l'ennemi est invisible. 

Notre pensée va pour tous ces sportifs, vedettes de leur discipline ou simple pratiquant. Tous sont logés à la même enseigne, contraints de rester chez eux, en attendant des jours meilleurs. Mais quand?

 

Lionel Herbet.


Le Tour de France doit-il avoir lieu?

 

Alors que Paris-Nice s'est quasiment déroulé dans son intégralité, on était loin d'imaginer que le cyclisme serait touché de plein fouet par le coronavirus.

Le fait que les coureurs n'avaient aucun contact avec le public et entretenaient des rapports très brefs avec les médias, laissaient à penser que de tous les sports, il serait quasiment épargné. Mais la réalité est toute autre.

Toutes  les grandes classiques  du printemps ont été annulées et ne pas voir cette année Paris-Roubaix est un vrai crève-coeur.

Le Tour d'Italie a été aussi annulé et c'est logique dans la mesure où le coronavirus fait des ravages énormes dans ce pays.

Il y a en effet plus de morts chez nos amis transalpins qu'en Chine le mois dernier.

Alors, se pose la question  qui  concerne le Tour de France.

Elle est simple: la plus grande épreuve cycliste mondiale doit-elle se dérouler cette année en juillet?

Pour de nombreux défenseurs de l'organisation 2020 du Tour de France,c'est oui et nous les comprenons.

 

Après tout, juillet parait encore bien loin. Mais c'est vrai qu'en général, au moment du départ de la Grande Boucle, tous les participants sont dans leur meilleure forme physique. Ils ont en effet eu l'occasion de se préparer les mois précédents.

Malheureusement, ce n'est  pas le cas cette année puisqu'en ce moment les coureurs professionnels du monde entier sont comme tout un chacun, réduits à rester chez eux.

Or pour un coureur cycliste, il n'y a pas d'autre remède pour être dans une bonne condition physique que d'accumuler les kilomètres.

 

Le home-trainer c'est bien mais c'est bon pour un malade qui veut se refaire une santé et  pas pour un coureur professionnel.

En ce moment, à l'instar de tous les sportifs du monde entier, les coureurs sont chez eux, réduits au chômage et plus le temps avance et plus leur condition physique acquise en février, disparait.

C'est Marc Madiot le patron de l'équipe d'Arnaud Demare et Thibaut Pinot qui faisait remarquer qu'en ce moment, il a rangé dans l'armoire les programmes qu'il établit  régulièrement à l'intention de ses coureurs. Marc Madiot est comme l'entraîneur d'une équipe de foot qui est confiné chez lui et ne peut pas préparer le prochain match parce qu'il n'y pas de match tout simplement. 

Cyrille Guimard est allé plus loin. Il préconise tout simplement le report ou  l'annulation du Tour de France. Le débat est donc ouvert.

 

Lionel HERBET