Edito

Le cyclisme est vraiment une grande et belle famille

 

Enfin!

Nous avons  pu lire des articles sous la rubrique Cyclisme  et pour ce qui concerne la Gazette des Sports , notre jeune ami Quentin Ducrocq a parfaitement retracé la manifestation qui s'est déroulée ce dimanche à Neuville les Loeuilly et le Parc de la Hotoie à Amiens.

Il s'agissait de rendre un hommage, un de plus pourrions nous ajouter, à un cycliste tué lors d'une sortie d'entrainement et dans le cas précis, il s'agissait d'un chauffard.

Le malheureux coureur Kevin Berthou  était âgé de 30 ans et on imagine dans quelle détresse se trouve aujourd'hui ses proches.

C'est une mort injuste car survenue à un moment où on ne s'y attend pas du tout.

 

Quand un accident arrive en course, on peut invoquer d'autres raisons dues à la compétition mais là, ce choc brutal s'est produit sur une route normale avec  un coureur qui s'entraîne et en face un "fou" qui ne sait plus ce qu'il fait car  il est sous l'emprise de produits stupéfiants. Avant Kevin Berthou, un autre coureur était mort à l'entrainement , le jeune Paillard d'Abbeville. 

Il est réconfortant que les clubs cyclistes et notamment ceux de l' UFOLEP aient rendu hommage à Kevin Berthou.

Maintenant est-ce que la mort de Kevin Berthou est la dernière?

Nous posions exactement la même question voici une trentaine d'années et du reste récemment nous avons consacré récemment un article sur ce phénomène du danger du cyclisme qui reste plus que jamais un sport dangereux.

 

Comment voulez-vous qu'aujourd'hui, des parents permettent à leurs enfants de pratiquer un sport passionnant?

Du reste, ce problème intéresse les hommes politiques et nous pensons notamment à Alain Gest, Président d'Amiens-Métropole qui vient de saisir le Conseil d'Etat sur les aménagements cyclables. Des aménagements qui sont plus que jamais en ville. 

Maintenant, le cyclisme amateur a repris ses droits avec ce week-end le prix de Nogent et les Deux Jours d'Amiens Métropole à  Guignemicourt tandis qu'au plan professionnel, le Giro a laissé la place au Dauphiné puis en ce moment le Tour de Suisse.

Soit le prélude au Tour de France qui s'annonce passionnant pour la victoire sur les  Champs et nous prenons les paris, ce sera un coureur étranger qui s'imposera .

 

Lionel Herbet


EDITO

Paris suspects en sport sont aussi graves  que le dopage

 

Ainsi donc nous venons d'assister au premier grand scandale du tournoi de tennis de Roland Garros.

Une joueuse russe Yana Sizikova a été placée en garde à vue ce vendredi et l'affaire est grave puisqu'elle a fait en sorte que des policiers viennent s'adresser à la joueuse russe. Que lui reproche-t-on?

D'avoir tout simplement faussé un match en double .. l'an dernier à Roland Garros.

Les enquêteurs ont pris leur temps mais on sait que dans ce genre de scénario, il est difficile de trouver rapidement  la vérité.

Comment peut-on reconnaître  vraiment qu'un sportif de haut niveau lève le pied ou n'aille pas au  bout de ses possibilités pour gagner.?

 

C'est ce qui est arrivé à la Russe et il est évident que l'affaire fait grand bruit dans le monde du tennis. Soyons néanmoins rassurés: tous les joueuses et joueurs français qui ont été éliminés avant le 3e tour l'ont tous été de la façon la plus régulière. Ils n'ont rien fait de répréhensible pour perdre leur match.

Les paris truqués en tennis, c'est un vieux  serpent de mer car ce n'est hélas pas la première fois fois  que nous assistons à ce triste spectacle.

Les paris truqués n'existent pas qu'en tennis  et on se souvient que le plus grand joueur de handball Karabatic avait été impliqué dans une affaire de ce genre.

Pour oser une  comparaison avec d'autres fléaux du sport, le dopage est également grave. A notre sens, il est évident que les deux doivent être logés à la même enseigne. Se doper, c'est améliorer ses performances, reculer ses limites alors qu'à l'inverse, truquer un match de tennis c'est tout simplement tout faire pour ..perdre. Soit la négation du sport et nous vomissons les deux.

 

Lionel Herbet


SOMME 24

 

Stéphane Haussoulier

"Rassemblés autour d'un projet fédérateur"

 

Le président du conseil départemental de la Somme Stéphane Haussoulier l'a volontiers reconnu lors de la présentation officielle du projet SOMME 24, il n'est pas sportif.

Mais qu'importe, il a tout de suite décidé de se plonger dans ce projet ambitieux qui consiste à aider de jeunes athlètes susceptibles de participer aux Jeux Olympiques de Paris en 2024. Et en n'oubliant pas que notre département n'étant pas très éloigné de Paris et sa banlieue,  nous aurons un rôle  à jouer. Certaines de nos installations comme le Coliseum, la Licorne et le terrain de hockey sur gazon a Amiens pourraient fort bien accueillir des délégations étrangères venues préparer les J.O. 

Dans son discours de bienvenue l'autre jour au Coliseum, le président Haussoulier a tenu à rappeler que le Département, le CDOS et Amiens-Métropole étaient également concernés par ce beau projet.

 

"Ce projet nous rassemble autour d'un projet fédérateur qui nous fait tous vibrer: les Jeux Olympiques et Paralympiques.

Ce projet nous permet aussi d'annoncer la stratégie du Département. L'échéance olympique ne saurait être uniquement un évènement autocentré autour de Paris et c'est la raison pour laquelle la Somme souhaite également être un acteur.

Dès janvier 2020, la Somme a obtenu le label TERRE DES JEUX.

Notre collectivité est désormais lancée dans un marathon dans lequel il ne souhaite pas avancer en solitaire.

Avez-vous vu déjà un champion olympique décrocher la médaille d'or sans être entouré d'un coach et d'une équipe aux conseils avisés?   Pour préparer les Jeux de 2024, le Département va s'appuyer sur de nombreux partenaires car seul, on va loin et ensemble on est plus fort.

 

C'est pourquoi la Somme souhaite associer tous les territoires et rassembler tous les Samarisn autour de la stratégie SOMME24."

Dans cette opération, les communes et les collectivités samariennes sont concernées."

En outre, dans le Département, 18 collèges sont concernés surtout ceux qui ont obtenu le label Générations 2024. Le grand public, les acteurs du tourisme  seront bien sûr concernés car il faut s'attendre à l'afflux de nombreux touristes et notre département a de nombreuxno atouts. Enfin, le mouvement sportif est aussi appelé à jouer un rôle important.

 

Poru le président Haussoulier rappelle que la stratégie s'appuie sur deux axes: sportifs et touristiques.

Enfin au plan purement sportif, le président a indiqué que si aux Jeux la France avait un porte-drapeau, cette fois la Somme aura 21 ambassadeurs pour 2024. 21 jeunes âgés de 16 à 38 ans, licenciés dans un club de la Somme et qui représentent une dizaine de disciplines notamment l'athlétisme et la natation. 

Chaque membre devra participer aux animations du département en milieu scolaire ou associatif mais en contre partie, recevra une somme de 2500 euros par ans.

 

Lionel HERBET