Le sport de haut-niveau secoué par les "scandales"

On pensait avoir tout vu  ces derniers temps, dans le sport de haut niveau, avec, à la F I F A, les lourdes suspensions qui ont touché Sep Blatter et Michel Platini.

Mais voilà que le monde de l’athlétisme est lui aussi, touché de plein fouet.

Au menu, les incroyables aveux de l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme, Lamine Diack.

Sans se démonter, Lamine Diack qui a été mis en examen pour corruption passive et blanchiment aggravé, a reconnu avoir touché de l’argent par la Fédération russe d’athlétisme et ce , à des fins politiques.

Lamine Diack (82 ans) voulait en effet de l’argent frais afin de mener sa campagne électorale au Sénégal en 2012.  

L’objectif de Lamine Diack était en effet de battre le président en fonction Abdoulaye Wade. Cet argent venait donc de la Fédération russe d’athlétisme  avec la bénédiction, probablement,  de M. Poutine.  Ce même Poutine qui a déclaré que M. Blatter, le président démissionnaire de la FIFA, était un grand homme et qu’il méritait de recevoir le titre d’Homme de l’année.   Pour M. Poutine, plus c’est gros et mieux çà marche.

Pour revenir à Lamine Diack, en recevant de l’argent de la Fédération russe, il fermait les yeux, avec des complices de la lutte anti dopage sur le cas d’athlètes russes, susceptibles d’être suspendus pour dopage.

L’affaire a été confiée au juge Van Ruymbeke qui n’est pas du genre à bâcler les affaires.

Dans le cyclisme, alors que nous sommes en pleine période hivernale et donc de repos pour les coureurs, voilà qu’ASO annonce qu’elle retire toutes ses épreuves   du calendrier 2017 du Worldtour. Il s’agit pour Amaury Sport Organisation de protester contre la réforme mise en place par l’UCI.

ASO a décidé d’inscrire ses épreuves  au calendrier hors classe pour la saison 2017. Ce qui nous parait aujourd’hui invraisemblable dans la mesure où il n’est pas possible qu’un sport comme le cyclisme, puisse comporter deux fédérations.

 Il est évident que ce bras de fer risque d’affaiblir le.. perdant.

L’UCI souhaite  allonger les jours de course (180) et de donner l’assurance aux équipes de rester trois ans en première division.

Si nous avons bien compris, nous avons face à face l’UCI et ASO et au milieu, il y a les équipes.

Christian Prudhomme a expliqué dans un communiqué qu’ASO « restait attachée au modèle européen et ne pouvait transiger  avec les valeurs qu’il représente. Soit un système ouvert qui place le critère sportif au premier rang ». C’est un peu ce que voulait à un certain moment, la Ligue professionnelle de football qui souhaitait ramener de 3 à 2 le nombre de descentes de L1 en L2 . Il s’agit, pour conclure, d’un système s’apparentant beaucoup à celui qui est répandu aux Etats-Unis et qui privilégie l’argent au résultat.

 

Lionel HERBET – 18 décembre 2015

Écrire commentaire

Commentaires : 0