N acer Bouhanni « Mike Tyson est mon idole »

 

 

 

Photo Jean-Marc HECQUET

 

La veille du Grand Prix de la Somme, lors de la réunion des directeurs sportifs, Alain Deloeil que nous avions contacté pour une interview, fut-elle rapide avec Nacer Bouhanni, nous avait répondu « Oui, en principe, il sera d’accord surtout si tu lui parles de boxe plutôt que de cyclisme».

C’était effectivement le sujet qui nous intéressait.

Nacer Bouhanni le bouillant sprinter de Cofidis est un garçon qui a une réputation de garçon difficile parfois incompris. Mais c’est un authentique champion, un puncheur qui ne calcule jamais ses efforts avant une ligne d’arrivée. Et surtout qui n’a peur de rien.

Nous avons insisté et dimanche matin, juste avant le départ du Grand Prix de la Somme, l’espace de  trois minutes, Nacer a bien voulu nous parler de.. boxe.

Un sport qu’il aime peut-être autant que le cyclisme et par exemple, il n’hésite pas le soir dans sa chambre d’hôtel,  à regarder un combat important à la télé. Comme par exemple vendredi dernier, sur Canal-Plus,  celui qui a vu le Français d’origine congolaise Youri Kalenga battu par arrêt de l’arbitre au 10e round contre le Cubain Dorticos dans le championnat du monde des lourds-légers W BA. Mais aussi  Tony Yoka, le poids lourd amateur français qualifié pour les Jeux de Rio.

« La boxe, c’est d’abord une passion que j’ai depuis ma plus tendre jeunesse, dit-il juste avant d’aller signer la feuille de départ. Mon père était boxeur et c’est lui qui m’a donné le virus.

« Oui, je sais qu’ici en Picardie, il y a de grands boxeurs. Je les connais.

« Mais je n’ai qu’une idole : Mike Tyson. Il reste mon idole pour toujours.

« Aujourd’hui, aucun boxeur ne me fait rêver et c’est pareil en cyclisme.

« La boxe est pour moi un autre univers que le cyclisme et cela me permet de faire autre chose que  le vélo afin de garder ma condition physique l’hiver. « Pour moi, la boxe reste une passion et il n’y a donc aucun sacrifice de ma part. Quant à mon esprit combativité, je l’avais déjà tout petit.

« Pour le moment, je me concentre sur ma carrière de cycliste mais quand j’arrêterais pourquoi pas faire de la boxe ? »

Après tout, Nacer n’a que 25 ans et rien ne dit que dans cinq ou six ans, nous le verrons sur un ring, non plus pour s’entrainer mais pour disputer de vrais combats ?

 

Lionel HERBET – 22 mai 2016

Écrire commentaire

Commentaires : 0