Rudy Altig s’en est allé et Chris Froome plus fort que jamais

En plein Euro et ses incidents, le cyclisme éprouve  certaines difficultés à se faire reconnaitre au plan médiatique. Normal après tout mais dans trois semaines, le Tour de France qui prendra son départ depuis Avranches, fera la une de l’actualité.

Ce dernier week-end, trois évènements ont retenu notre attention.

D’abord, le Critérium du Dauphiné qui sert le plus souvent de répétition avant le Tour de France.

Le Britannique Chris Froome s’est imposé mais il a  dû s’employer pour devancer le Français  Romain Bardet qui n’a concédé que douze secondes.

A noter que dans les dix premiers, on relève Julian Alaphilippe 6e et Pierre Roland 10e. Présence également d’Alberto Contador 5e qui sera surement présent au Tour de France dont Froome sera le grand favori.

Deuxième (double) évènement : la Ronde de l’Oise. Pour la première fois, un Italien l’a emporté : Antonio Parrinello.

Mais il faut aller jusqu’à la 11e place pour trouver trace du premier coureur français. En l’occurrence,  il s‘agit de Clément Penvern de l’Armée  de Terre, dirigée par Jimmy Casper. Mais cette Ronde a vu aussi la guerre fratricide qui règne actuellement au CC Nogent. Le déballage du « linge sale »  du club a  été un élément qui ne fait pas honneur à l’image qu’on se fait de ce sport.

Loin de nous l’intention de pencher vers l’une ou l’autre partie mais force est bien de reconnaitre qu’en pleine saison, ce genre de situation est pénible à vivre. Surtout pour les coureurs qui ne doivent pas évoluer dans les meilleures dispositions surtout morales.

Cela s’est du reste constaté dans cette Ronde puisqu’un seul coureur nogentais a terminé et encore à la 56e et dernière place du général : Louis Richard. Une  autre équipe se produisait au Tour d’Eure et Loir avec une 11e et 13e place pour Romain Bacon et Jérémy Lecrocq. 66 points ont été récoltés pour cette 6e manche de la Coupe de France mais c’est insuffisant selon le directeur sportif Pascal Carlot.

Enfin et c’est la nouvelle la plus triste du week-end, le grand champion allemand Rudy Altig est décédé à l’âge de 79 ans.

Les sportifs de notre génération se souviennent de ce coureur solide comme un bœuf, redoutable dans les sprints mais évidemment incapable de se hisser au sommet des grands cols.

Altig était aussi très malin car il avait profité d’une mésentente entre Jacques Anquetil et Raymond Poulidor pour devenir champion du monde en 1966.

L’histoire retiendra néanmoins qu’Altig a été un immense champion dans les années 60-70 et qu’il fut considéré comme une légende en Allemagne.

 

 

Lionel HERBET – 13 juin 2016

Écrire commentaire

Commentaires : 0