La réforme territoriale ne s’intéresse pas au Sport

Les élections régionales vont donc se dérouler ces deux prochains dimanches et on le sait, la Picardie va être rattachée au Nord Pas de Calais. Ne faisons pas de politique ici dans ces colonnes mais force est de constater que le Sport a été totalement absent lors des débats qui auront précédé cette élection.  C’est regrettable même si nos futurs élus vont avoir à régler un immense chantier qui est celui du  chômage.

Si nous avons bien tout compris de cette réforme, beaucoup plus rigoureuse que celle mise en place par le Général de Gaulle en 1965,  il nous semble que le Ministère des Sports a bel et bien « fourgué » le bébé de cette grande réforme aux Fédérations. Courageuses, celles ci en général  se sont ensuite adressées aux Ligues.

On le sait, les districts ou comités départementaux ne subiront aucun changement. Ce sont donc les Ligues qui vont surtout « bouger » avec la disparition de neuf d’entre elles au plan national.

Il s’avère que samedi dernier, la réforme a été évoquée à l’occasion de l’assemblée générale de l’Association ASC Football. Le président Jacques Liénard dont l’envergure et la notoriété dépassent largement le niveau régional  (il a été membre de la commission médicale à l’ U E F A) a  notamment déclaré : « Le soutien de la Région de Picardie ne s’est pas démenti et notamment au niveau de notre centre de formation et son  double projet sportif et scolaire ».

En sera-t-il de même à l’avenir ?

Un peu plus tard, Olivier Chapuis Roux vice président de la région de Picardie a demandé que les gens n’aient pas peur de la tentaculaire Lille « Nous serons cinq millions d’habitants et un million de Lillois. Il y a de quoi faire. Soyons ouverts, ne fermons pas les portes mais ne les ouvrons pas à n’importe qui »..

Président de la Ligue de Picardie, Michel Gendre espère jouer un rôle dans la future grande Ligue. Mais auparavant, la Ligue de Picardie devra sûrement en passer par une assemblée de dissolution avant qu’elle ne se marie avec ses deux voisines avec une autre assemblée générale constitutive. Ce sera le phénomène inverse de ce qui s’était passé en mai 1967 à Amiens avec la constitution de cette Ligue.

La Picardie se présentera sans grande ambition en sachant que les meilleures places reviendront aux Nordistes.

Et si la Picardie du football ou une autre discipline décidait de rester autonome, elle se heurterait  au veto ministériel. Alors que pour la précédente réforme, la Picardie pugilistique avait préféré se « marier » avec la Champagne avant de voler de ses propres ailes au cœur des années 80.

«C’est en effet impossible, répond Michel Gendre. L’Etat n’acceptera pas. La Loi sur le Sport dit clairement que les Ligues régionales sont obligées de se caler sur les régions.»

Une sorte de marcher au pas et sans fausse note. On ne fait pas pire en Chine.

Dans France Football de ce mardi, Fernand Duchaussoy, ancien président de la F FF et actuellement de la Ligue Nord Pas de Calais est clair :

« Ce sera avant tout un mariage de raison ».

Pas question que les dirigeants  nordistes  ne viennent embrasser leurs « amis » picards.

Dit par cet homme qui a joué au S C Abbeville et réside quasiment dans la Somme, prend une saveur particulière.

« N’ayons pas peur », nous lancent souvent des élus qui s’accrochent à leur poste.

Au fait, savez-vous amis dirigeants de clubs que toutes ces tractations, ces arrangements entre amis, se passent au dessus de vos têtes ?

Ainsi, rien que pour la Ligue de football du Nord Pas de Calais-Picardie, on est incapable de dire aujourd’hui s’il y aura une ou deux Division d’Honneur alors qu’au plan national, les clubs de CFA et CFA 2 vont aller en diminuant.. Alors que du côté des dépenses ce sera pas mal non plus. Ainsi, imaginons un déplacement en D H de Chantilly à Maubeuge. Mais pour reprendre une phrase d’un dirigeant qui n’est pas picard : «Ne crions pas avant d’avoir mal ». 

Écrire commentaire

Commentaires : 0